Présentation Flash (4,5 Mo)
-
Les Grands Communicateurs -
dans le cadre du
Projet d'œuvre synthèse

Projet :
Les Grands Communicateurs

« C'est lors de la Flashe Fête 2004 que j'ai fait la rencontre d'un groupe d'élèves particuliers. J'étais bénévole pour animer l'activité Foule frottis, laquelle consistait à amener les élèves de l'école secondaire Camille Lavoie à effectuer un travail artistique tout en les sensibilisant aux conséquences des marques de commerces dans notre vie quotidienne. Les élèves d'éducation spécialisée, qui étaient venus voir les activités de la Flashe Fête, ont participé à notre atelier. Ce sont eux qui ont montré le plus d'intérêt envers l'activité. Si vous aviez vu leur sourire… ils ont ensoleillé ma journée. Quelques mois plus tard, je reçois une lettre de la part de Lucie Larouche, enseignante en éducation spécialisée, me remerciant d'avoir effectué l'activité avec les élèves et me proposant de répéter l'expérience. Alors, un projet est né. Madame Lucie Larouche, me proposait de monter un projet dans le cadre de l'exposition Les Grands Communicateurs, laquelle devait regrouper une œuvre effectuée par chacune des classes de l'école Camille Lavoie, dont les classes d'éducation spécialisée.

Le projet m'emballait car il rejoint ma démarche artistique. Je voudrais que mon art soit quelque chose d'accessible pour tous, qu'il traite les gens également, qu'il soit poétique. Je voudrais que lorsqu'on regarde mon travail, une partie sensible a l'intérieur de chaque personne soit touchée. Pour effectuer ce projet, j'ai demandé a
MÉLISSA GOBEIL, mon amie, si elle désirait faire le projet avec moi, car c'est avec elle que je faisais équipe lors de l'activité Foule frottis et je savais qu'on formait un bon duo. Je ne me suis pas trompé, malgré quelques conflits causé par le stress de la date limite, Mélissa et moi nous nous complétions. Nous avons alors débuté par élaborer un concept. L'idée de communication nous plaisait, nous avons donc décidé de monter des activité avec les étudiants, ce qui nous a permis de nous rapprocher d'eux, de communiquer avec eux. Le Grand Communicateur dont nous devions parler était Walt Disney et nous devions donner des indices pour que les étudiants le découvrent.

Comme Walt Disney crée des livres et des films, une phrase m'est tout de suite venu a l'esprit : Une image vaut mille mots. Nous avons donc monté notre projet en nous basant sur cet idée, sur les indices que nous devions donner, sur la communication et sur l'échange. Notre projet est constitué d'un immense livre ouvert (prêté par IQ l'Atelier) en guise de témoin d'une expérience de communication. Il rappelle également les livres de Walt Disney.

De plus, il ne faut pas oublier que l'écriture est un moyen de communication commun. C'est pourquoi j'ai écrit tous les noms des élèves, professeur(e)s, techniciennes et préposées qui ont participé a ce projet. Pour moi, il était important que la calligraphie soit présente dans l'installation car c'est un procédé qui reviens fréquemment dans les travaux que j'ai réalisé en Art et Technologies Informatisées. Je trouve que l'écriture rend une œuvre plus humaine, plus personnelle et qu'elle aide à la compréhension du message. Pour notre installation, nous avons également créé un train que les jeunes ont peint. Nous avons transformé le train en un manège puisque Walt Disney possède un parc d'attraction. De plus, le train est le symbole d'un moyen de communication et invite le spectateur a monter à bord pour vivre l'expérience de communication que nous a fait vivre le projet. Bien sur pour faire avancer un train, pour faire communiquer les gens, il faut créer des liens entre eux : des rails. Celles-ci sont constituées de peinture que les élèves ont créées chacun a leur manière, laissant libre court à leurs sentiments et a leurs émotions. Et je peux vous dire qu'il y en avait des émotions. Pour certains, c'était la première fois qu'ils faisaient de la peinture au doigt.
Après quelques minutes d'hésitation et de crainte de se salir, le geste devenait de plus en plus sur. Ce qui a donné des œuvres abstraites et spontanées. C'était mon atelier préféré; c'était vraiment gratifiant des les voir s'amuser autant et être fier de leur peinture. Également, comme le parc d'attraction de Walt Disney possède un immense jardin, nous voulions que les étudiants fassent pousser des fleurs dans notre jardin, comme s'ils faisaient pousser une amitié. Les étudiants devaient donc colorier, découper et monter des fleurs sur une tige. Puisqu'il était important d'adapter les activités en fonction des capacités manuelles des étudiants, nous avons décidé de faire une activité spécialement pour le groupe d'étudiants ayant un handicape plus lourd. Nous leur avons fait chiffonner du papier de soie pour créer le gazon du jardin. Il ne faut pas oublier de préciser que les professeur(e)s, techniciennes et préposées étaient toujours là pour aider les étudiants et qu'ils nous aidaient non seulement à faire de notre projet une activité amusante, mais aussi une activité d'apprentissage. Nous avons alors vu les élèves s'améliorer, ce que j'ai trouvé formidable. Pour nous, il était important de bien démontrer le travail que les élèves ont accomplis et l'échange que nous avons eu avec eux. C'est pourquoi, nous avons disposé un peu partout sur l'installation des traces des activités que nous avons fait avec eux. De plus, pour que les gens voient leurs travaux et les étapes de l'installation, j'ai monté une projection vidéo, avec le logiciel Adobe Première, présentant plusieurs photos que nous avons prises tout au long du projet. J'y ai également intégré des animation Flash que Mélissa a fait image par image en se basant sur les personnages les plus connus de Walt Disney.

Alice au Pays des Merveilles
Travail final - Projet Interactif
Jeu Flash (832 Ko)

Nous avons placé de chaque côté de l'installation des silhouettes de personnages de Walt Disney assis sur des bancs de cinéma, comme s'ils assistaient au visionnement de notre projet. Les silhouettes ont été faites en reprenant la technique utilisée lors de l'activité Foule frottis. Je trouvais important de refaire cette activité parce que les jeunes l'avaient beaucoup aimée.

Enfin, mon projet de fin d'année m'a permis de développer mes aptitudes a monter un projet, c'est a dire, élaborer un concept, monter et adapter des ateliers, animer des ateliers, trouver les matériaux pour l'installation, utiliser des matériaux peu coûteux, monter une installation multidisciplinaire, travailler en collaboration avec les professeurs, travailler en équipe et respecter une date d'échéance. Ce projet m'a également permis d'apprendre à travailler avec des jeunes enfants handicapés, de trouver des façon pour mieux communiquer avec eux, de rendre une activité artistique amusante et éducative. Ce que j'ai retiré cette expérience, et ce dont je n'oublierai jamais, c'est le contact avec toutes ces personnes que j'ai appris à connaître et qui m'ont fait grandir. J'espère a mon tour les avoir fait grandir et j'espère surtout qu'ils seront fiers du projet que nous avons réalisé tous ensemble. »
Une création de CLAUDIA MARTIN

Fermer la fenêtre


ATI
Partenariat avec www.sagamie.org